Université Toulouse III : “De la thématisation publique des nano-activités au « copilotage de la recherche »”

Fiche_IUT

Projet coordonné par Marie-Gabriele Suraud – CTPS/LERASS, Université Toulouse III

On observe dans le débat autour des nano-activités (nanosciences, nanotechnologies, nanoproductions) une tendance inédite à l'”exigence de participation à la définition des politiques de recherche elles-mêmes”. Ce cas qui révèle “un tournant, voire une rupture, dans la thématisation publique des risques techno-industriels”, se prête à l’étude des “conditions de possibilité” d’un copilotage de la recherche : capacité de la sphère civique à représenter une source de régulation pour l’activité scientifique, formation d’un “accord social dépassant suffisamment les différences”, existence de “leviers par lesquels une position peut (…) infléchir significativement toute décision fonctionnelle”.

Pour y répondre, des chercheurs de l’université Paul-Sabatier Toulouse III proposent d’analyser “les pratiques traditionnelles d’expertise des associations et des syndicats ; les rapports que ces organisations entretiennent avec la recherche scientifique et technologique ; et enfin, les modes privilégiés d’échange, de confrontation ou de communication, tant avec les milieux de la recherche académique qu’avec les activités de R&D en entreprise — puis, dans un second temps, de “mener, avec des organisations concernées (Amis de la terre, FNE, Sciences citoyennes, CGT, CFDT, …), une réflexion sur la façon dont elles envisagent leur implication dans l’élaboration des politiques de recherche sur les « nanos » ainsi que les formes que pourrait prendre cette participation”. Trois modes de collecte seront privilégies : des entretiens (pour notamment “mettre en évidence des pratiques et des points d’accords et de divergences”), le dépouillement de documents écrits (cahiers d’acteurs, documents de travail…) et l’assistance à des réunions publiques traitant du problème des nanoactivités. Un apport final sera rédigé sur les conditions de possibilité d’un copilotage de la recherche, tout en envisageant des restitutions particulières avec les parties prenantes et des publications académiques.