Savoirs des sciences la nature, des sciences humaines et savoirs “profanes” s’associent pour une co-construction des connaissances

Fiche_3SCED

Projet coordonné par Jean E. Masson – Inra Colmar

Les interrelations entre le comité de suivi et les acteurs de la filière vigne et vin, sur une période de sept ans, ont contribué au contenu des travaux du groupe mais aussi à une appropriation plus large de l’importance d’une telle forme de relation science-société (LMC et al., 2010 ; www.inra.fr). Le comité de suivi (CLS) restera mobilisé sur un projet qu’il a construit de novo sur l’impact de pratiques biologiques pour lutter contre la maladie du court noué de la vigne.

Sur ce projet de viticulture biologique, l’Université de Strasbourg (UDS) et l’INRA chercheront à mieux capitaliser le retour d’expérience et développeront un projet de formation mêlant sciences agronomiques et sciences humaines. En lien avec la cellule sociotechnique de l’UDS, dont les rapports à la société sont plus larges, nous allons étudier les facteurs qui contribuent à définir des acteurs pertinents, la question à enjeu à traiter ainsi que les clefs d’une mobilisation sur le temps long. Le CLS souhaite s’engager dans un projet à fort enjeu image/économique/environnemental pour la viticulture.

En traitant de la gestion Intégrée de la Santé des Plantes, nous nous inscrirons dans les enjeux globaux définis dans Ecophyto 2018. Le projet, en s’adressant à la filière viticole au sens large, sera mis en œuvre à l’échelle du territoire régional et concernera donc un large public. La définition des clefs pour accomplir ce changement d’échelle est une étape essentielle qui sera travaillée par l’UDS et l’INRA, en lien avec la cellule sociotechnique et le CLS. Nous pouvons aussi espérer que les clefs/règles de fonctionnement co-construites, éprouvées auprès de groupes de compositions et de tailles différentes traitant d’enjeux à dimension agronomique et humaine différentes, contribuent à des partenariats entre recherche/formation/société sur d’autres enjeux et d’autres territoires à même de nourrir une « démocratie dialogique » (E. Morin).

Ce projet s’inscrit dans l’axe thématique “Consommation et production durables” de la SNDD.