SURVIVORS, un projet de recherches participatives avec des collégiens sur le changement climatique

mars 2014, fin du projet : juin 2016

Partenaires

Structure publique de recherche

INRA Nancy Lorraine : Nathalie Bréda (Directrice de Recherche INRA), Pascale Frey-Klett, Directrice de Recherche INRA, chargée de projet pour le Laboratoire d’Excellence ARBRE et Catherine Massonnet (Chargée de recherche INRA), nathalie.breda@inra.fr, pascale.frey-klett@inra.fr, , catherine.massonnet@inra.fr, 03 83 39 41 49 (P. Frey-Klett), 03 83 39 40 48 (N. Bréda), 03 83 39 40 51 (C. Massonnet), www.inra.fr, site du Labex ARBRE partenaire du projet (http://mycor.nancy.inra.fr/ARBRE/)

Structure associative loi 1901

Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement Nancy Champenoux, Association de médiation scientifique et d’éducation à l’environnemennt, Cyril Galley (Directeur du CPIE de Nancy-Champenoux), 03 83 31 63 76, cyril.galley@cpie54.com ; www.cpie54.com

Présentation du partenariat

Survivors est un projet de recherches participatives mené avec des collégiens pour étudier les capacités de survie des arbres face à des contraintes environnementales extrêmes. Cette action, initiée en 2014 avec une cohorte de 80 collégiens, a été conjointement imaginée et mise en oeuvre par l’UMR Écologie et Ecophysiologie forestières associant le centre Inra Grand Est , le laboratoire d’excellence Arbre, le CPIE

Nancy-Champenoux et le collège d’Einville-au-Jard. Elle est adossée à un projet de recherche multidisciplinaire soutenu par le laboratoire d’Excellence Arbre et la région Grand Est. Elle vise à comprendre les mécanismes conduisant à la mort ou à la survie des arbres lors d’aléas exceptionnels.

Présentation du projet

Le projet SURVIVORS s’est intégré au parcours en sciences d’une cohorte de 80 élèves du Collège Duvivier d’Einville-au-Jard (54) de 2014 à 2016. Ce sont les mêmes collégiens qui ont participé au projet de la 5ème à la 3ème. Ce projet part d’une observation importante dans le contexte actuel des changements climatiques, savoir que suite aux sécheresses récurrentes actuelles, on assiste au dépérissement et la mortalité de certains arbres, alors que d’autres semblent résister. Des chercheurs de l’INRA de Nancy se sont donc posés la question du pourquoi et ont émis deux hypothèses : soit les arbres meurent de faim par épuisement de leurs réserves carbonées, soit ils meurent de soif suite à un dysfonctionnement de la circulation de la sève. Pour tester ces hypothèses, ils ont mis en place une grande expérience consistant à suivre pendant 3 ans la survie de jeunes hêtres âgés de 8 ans dans trois conditions contrastées (hêtres témoins arrosés non défeuillés, hêtre arrosés défeuillés) à laquelle les élèves ont participé.

Chaque collégien élève était le parrain d’un hêtre du traitement subissant la défoliation. Trois ans de suite, il a dû apprécier qualitativement l’état de santé de « son » arbre, et mesurer ses paramètres avant de procéder à sa défoliation. Au cours de ses visites sur le site de l’INRA à Champenoux, il a également participé à des ateliers de découverte des méthodes et outils utilisés pour suivre l’expérience, encadrés par des techniciens, chercheurs, étudiants et médiateurs du CPIE. Chaque automne, les données de l’expérience ont été communiquées aux élèves afin que ces derniers puissent les étudier avec leurs professeurs. Lorsque les élèves ont été en 3ème, ils ont ainsi eu à leur disposition l’ensemble des résultats du projet, qu’ils ont analysé avec l’aide des chercheurs et médiateurs pour départager les hypothèses émises en début de projet. Ils ont été de plus invités à réfléchir avec les chercheurs et leurs professeurs aux conséquences environnementales et socio-économiques de ces résultats, notamment dans l’objectif de proposer des évolutions de la gestion forestière adaptées à la Région Lorraine.

Les apports du projet à la thématique environnementale

SURVIVORS contribue aux initiatives du Plan National d’Adaptation au Changement Climatique (PNACC1) et à la recherche nécessaire pour élaborer, valider, tester des indicateurs du changement climatique tels que ceux exposés par l’ONERC (Office National sur les Effets du Réchauffement Climatique). Plus largement, les chercheurs porteurs de ce projet contribuent à la coordination des recherches nationales de l’INRA sur l’adaptation des forêts et de l’agriculture au changement climatique (ACCAF), au développement de services climatiques vers l’adaptation au sein du Comité de Pilotage national des Services Climatiques et du groupe climat, impacts et adaptation de l’AllEnv.

Outre les connaissances scientifiques acquises grâce aux résultats de la recherche, les principales connaissances issues de notre projet sont essentiellement pédagogiques et méthodologiques quant à l’animation partenarial d’un programme de recherche participative. Nous avons tirer de cette riche expérience de nombreux enseignements liés à la mobilisation de l’équipe projet, l’adaptation perpétuelle du projet au public, la conciliation du temps recherche et scolaire, l’entretien de la motivation de l’équipe projet … des enseignants et des élèves, la mobilisation des ressources financières, la veille sur la rigueur scientifique ou encore la reconnaissance et la valorisation des acteurs impliqués.

Les connaissances ont été valorisées à maintes reprises :

En direction des familles des élèves (conférence, remise de prix), des institutions (participation des élèves à plusieurs concours scientifiques, colloque), des médiateurs (colloque), des chercheurs (colloque, articles, rapport Houllier sur les Sciences participatives en France en 2016), de la société civile (presse quotidienne).

Les apports du projet pour les partenaires du projet

Le projet SURVIVORS aujourd’hui achevé a permis de renforcer les liens préexistants entre l’INRA Grand Est-Nancy et le CPIE de Nancy-Champenoux, d’ouvrir ce partenariat sur un nouveau type de projet collaboratif et d’éprouver des méthodes de conduite de programme de recherche participative fondées sur un tryptique Chercheurs-Facilitateur-Citoyen. Ce partenariat et cette expertise ont contribué à l’émergence du programme de recherche participative national CiTIQUE, qui porte sur l’écologie des tiques et les maladies associées (www.citique.fr). Le projet SUSRVIVORS est aussi à l’origine de la construction d’un partenariat étroit et sur la durée avec l’Education Nationale (formation des enseignants sur la démarche scientifique, Laboratoires Tous Chercheurs).